• +226 6565 0311
  • +226 7846 9439
  • This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Our Stories, News and Information

Retour sur l'atelier "Avenir"

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Le vendredi 19 mai 2017 s’est ténue dans l’une des salles de conférence du Centre Cardinal Paul ZOUNGRANA un atelier de formation sur le dialogue interreligieux et le Peacebuilding (culture de la paix).

Cet atelier a réuni une cinquantaine de jeunes gens et jeunes filles de confessions religieuses différentes. Il était dirigé par Monsieur Henry KABORE, Doctorant en médecine et Master Gestion des conflits. La joie de la rencontre et le désir de dialoguer se lisaient sur le visage des uns et des autres. Après une phase de présentation nominale, les groupes ont été scindés en groupuscule de dix par équipe. Cette division visait le frottement et la levée de l’inconnu entre ces jeunes qui se rencontraient pour la première fois pour la plupart. L’objectif a été atteint car l’énigme qui à leur intelligence nécessitait la participation active de tous. Il fallait en fait répondre à la question « citez cinq choses que vous avez tous en commun » ? Chaque groupe s’évertua à trouver les cinq éléments.

L’élément fondamental qui nous liait tous était notre humanité commune. Au-delà de notre appartenance culturelle, ethnique et religieuse, nous sommes d’abord des êtres humains. C’est cette humanité qui nous permet d’aller à la rencontre de l’autre et de dialoguer avec lui dans une dynamique d’ouverture réciproque, d’écoute mutuelle et de respect de l’altérité radicale qu’est l’autre. Ce départ vers  la rencontre de l’autre nécessite humilité et estime de l’autre de la part de chacun. Cette ouverture ne signifie pas fusion et doit emprunter le chemin d’une méta-communication et voir en tout cet universel concret qu’est notre humanité.

La culture de la paix (Peacebuilding) engage toute les couches sociales. La paix n’étant pas simplement l’absence de guerre, il faut travailler à la rechercher même dans les petites choses. La paix n’est jamais non plus acquise définitivement. Comme un grand édifice, son achèvement nécessite le concours de tous. C’est déjà à travers l’éducation  en famille que l’esprit de paix doit être inculqué aux enfants qui pourront grandir avec et être des hommes de justice et de paix. Les religions sont également des foyers de paix par principe et elles servent du reste de liant dans la société. Aucune atrocité ne peut donc se cacher sous le voile de la religion sous prétexte que nous combattons pour un dieu. Les échanges entre les participants ont permis d’élucider des points d’ombre sur de pratiques reprochées à certaines religions. Des hallucinés se couvrent souvent derrière la religion pour terroriser leurs semblables et prétendent le faire au nom de Dieu

L’atelier était interactif et chacun posait les questions qui lui tenaient à cœur dans le but de comprendre. C’est avec joie que les uns et les autres répondaient aux sollicitations. Les débats se poursuivaient même pendant les pauses afin de comprendre l’autre dans sa différence, mais aussi  de voir ce que nous avons de commun dans nos religions pour renforcer les liens interreligieux et promouvoir la cohésion sociale.

L’après-midi a été consacré à des panels entre les différents participants afin de leur donner un cadre restreint  plus ouvert au débat et à la recherche de pistes pour un mieux vivre-ensemble. Ce fut une occasion pour BEOG NEERE de revenir sur la nécessité de l'implication du gouvernement et des différents acteurs de la société dans le processus de facilitation de la paix par la transparence, la lutte contre la corruption et l'alternance, autant de choses qui si elles ne sont pas respectées entraînent des frustrations et des révoltes de la part des victimes, des individus affectés. Cette implication nécessité la neutralité de l'état sur les questions religieuses et la tenue de ce dernier a équidistance  d'elles  toutes, en un mot la laïcité de l'état.

Au sortir de cet atelier, on peut lire un sentiment de satisfaction sur les visages et un désir ardent de partager l'expérience. Des notions et des éclairages ont été acquis et sont à répandre autour de nous.  Une participante Nadine donne sont témoignage. " je loue l'initiative de cet atelier et remercie les organisateurs pour leur dévouement et pour l'actualité du thème. Au regard du monde traversé par la violence et le non sens, il est impératif de revaloriser ce qui nous rapproche davantage. La religion pour moi est d'abord action. C'est par le témoignage d'amour que l'on a envers les autres qu'on nous reconnaît comme un être religieux. C'est aussi cette disposition qui permet d'accueillir l'autre dans sa différence. Différence qui n'est que richesse à travers ce qu'il m'apporte. Nos rencontres interreligieuses doivent être emprunts d'ouverture et d'accueil. "

Abdoul Aziz TRAORE


© 2017 BEOG NEERE. All Rights Reserved. Designed by MT